Uncarné  _ "mangez, car ceci est mon corps" (Nov 2021)

Je suis le corps.

Je suis le corps carné, couleur chair, noir.

Uncarné parmi les hommes.

Mis à nu pour que tu puisses le voir de tes propres yeux.

Un corpuscule. « Car chaque atome qui m’appartient, t’appartient aussi bien à toi »[1].

Je suis la matière et l’antimatière.

Je suis un, trois, puis des millions. Je suis ça et là. Je chante.

Je suis vieux et jeune et père et mère, et enfant, et animal.

 « Dévêts-toi ! tu n’es pas coupable à mes yeux, ni défraîchi,

ni périmé »[2].

Je suis chaud, dur et mou, et froid.

« Mangez, car ceci est mon corps »[3].

Fourchettes, couteaux, hachettes, rouleaux. Je suis exquis.

Je boirai le vin nouveau et toi tu boiras, sur ma peau,

les quelques gouttes corrompues.

Je suis la somme de mes parties.

Je suis plus que la somme de mes parties. Partie de chasse, corps étranger.

Je suis le lait, le miel et le sang, le rouge, le blanc et le noir.

Je suis la nuit et je suis le jour.

Nul ne peut me regarder fixement.

Je suis une étoile, je suis une géante rouge, je suis un trou noir. Je suis le soleil, vert.

Je suis

___________

[1] Whitman, W. (1989). Feuilles d’herbe (traduit par Roger Asselineau). Aubier

[2] Whitman, W. (1989). Feuilles d’herbe (traduit par Roger Asselineau). Aubier

[3] Évangile selon Matthieu 26:26